Annie Cazaux reçoit du courrier

Suite à l’incident survenu aux Argentières, dont nous nous sommes fait l’écho sur ce site, le courrier ci-dessus a été reçu au domicile de notre candidate.
Si on comprend bien la chose, le candidat sortant a demandé au Maire d’écrire à son opposante, pour lui expliquer que les menaces de la tempête Karine avaient fait que la salle des Argentières, exclue des réunions électorales, avait été investie malgré tout.

Et voilà la carte météo qui a provoqué la panique dans l’équipe d’en face.
Sauf que cette carte issue, du facebook de La Chaîne Météo, remonte à la nuit de dimanche à lundi. Par contre nulle trace de ce grand danger sur le facebook de la Mairie pour le 2 mars, seule l’alerte de la préfecture du 3 mars y est signalée !

Rappelons toutefois que :

  • à 18h le 2 mars, la tempête avait été évacuée vers l’Aude et les Pyrénées Orientales;
  • que Météo France n’avait pas mis la Gironde sous alerte, car seul le piémont pyrénéen était concerné.

En résumé, pour ne pas se mouiller, le candidat sortant a fait fi de la légalité, une fois de plus. Qui plus est, Annie Cazaux se voit autorisée à user d’une salle supplémentaire (??), alors que seul le Conseil municipal a le pouvoir de modifier la décision antérieure.

Un détail toutefois, le candidat sortant est arrivé à son rendez-vous avec 50 mn de retard. C’est sûrement cela qu’il appelle « le respect dû aux électeurs ».

A travers cet événement, mineur mais significatif, on comprend bien de quelle façon sont menées les affaires de la commune depuis 12 ans.

ON NE SE LASSE PAS DE LES LIRE

Peut-être l’ignorez-vous, mais l’équipe du candidat sortant entretient, tant bien que mal, un « journal » dans lequel on retrouve pêle-mêle les états d’âme du candidat, et les consignes réglementaires à respecter en temps de campagne.

Et que pouvions-nous lire en date du 2 mars début officiel de la campagne municipale :

AGIR

POUR VOTRE

AVENIR

Période officielle de campagne électorale

02. mars 2020 · Ecrire un commentaire · Catégories: Articles

A partir du Lundi 2 mars , nous sommes dans la période officielle de campagne électorale et nous pouvons utiliser  seulement  les moyens classiques de propagande :

  • Les réunions : toutes les réunions publiques sont autorisées et peuvent se tenir sans demandes d’autorisation préalable jusqu’à la veille du scrutin.
  • L’affichage : les listes se voient attribuer des emplacements d’affichage dès l’ouverture de la campagne officielle et tout affichage relatif à l’élection est interdit en dehors de ces panneaux mis en place par les mairies (interdiction de « l’affichage sauvage »). Les affiches imprimées sur papier blanc sont interdites (sauf si elles sont recouvertes de caractères ou d’illustrations de couleur) ;
  • Les tracts : leur distribution n’est plus interdite pendant la période électorale depuis la loi du 14 avril 2011 ;
  • Les documents adressés aux électeurs : une seule circulaire pour l’ensemble de la circonscription électorale, le même format de papier pour toutes les listes, une feuille recto-verso au maximum validé par la commission de propagande.

Notre liste « Agir pour votre avenir » s’engage au respect  la démocratie et ses règles d’applications.

Et le meilleur, c’est bien la fin, car voilà notre équipe de « tartuffes » en plein travail : alors qu’au moment où vous pouviez lire cette belle envolée républicaine, Annie Cazaux faisait appel à la Gendarmerie afin qu’elle constate la violation, à la fois, de la règle de fonctionnement en période électorale de l’affichage autorisé (voir ci-dessous), et de l’occupation illégale de la salle des Argentières, illégale car cette dernière a été exclue, par un vote en Conseil municipal du 2 octobre 2019, des salles susceptibles d’être utilisées pour la campagne (voir ci-dessous) :

Mais le candidat sortant est coutumier du fait. Déjà, en 2014, il avait fait placarder au rond-point de Facture (4m x 3m) sur le mur d’un commerce, son sourire engageant bien connu, alors qu’un arrêté municipal du 16 avril 2006 l’interdit formellement :

Cliquer pour accéder à Arr%C3%AAt%C3%A9-portant-sur-les-zones-de-publicit%C3%A9.pdf

Ainsi, le voilà qui s’insurge, en des termes discutables, du fait que son portrait de candidat ait été grimé sur quelques affiches, invoquant un crime de lèse majesté sur dépositaire de l’autorité publique alors même que les règles démocratiques en cette période d’élection le placent en tant que simple candidat. C’est le même encore qui s’asseoit sur la légalité pour envahir une salle non autorisée, sous le prétexte qu’il pleut.

Même le temps est contre lui le pôvre !

Nous n’avons qu’un mot à dire : continuez

Il ne vous reste que 10 jours pour nous amuser.

INCORRIGIBLES !

Les voilà qui recommencent avec leur antienne : « il n’y a pas de liste », « il n’y a pas de programme ».

Et nous avons montré que les deux existent ; de même que nous ne sommes pas tenus d’adopter le rythme d’annonces, tel que souhaité par l’équipe d’en face.

C’est qu’elle a peu de grain à moudre cette équipe d’en face, et elle s’ennuie à force de déploiements de barnum qui s’avèrent des efforts inutiles …

Nous apprenons, dans leur dernier écrit, que depuis 6 ans, le blog de La Voix du Delta n’avait jamais apporté de propositions susceptibles d’enrichir le débat.

Et dire qu’Annie Cazaux avait cru que les débats se tenaient en Conseil municipal, et que les propositions tentant d’améliorer les projets, devaient se faire en commissions.

Voilà pourquoi cette opposition a été tant malmenée pendant 6 ans ; elle n’était jamais au bon endroit, au bon moment. C’est ballot !

Mais trêve de plaisanterie

Puisqu’il le faut, nous allons mettre les points sur les « i ».

Il est plus facile de chercher la petite bête dans le projet d’en face que d’assumer les désastres du bilan. Les Boïens ont ouvert les yeux sur les 12 ans passés à leur faire des promesses tout en réalisant l’inverse. Et ce ne sont pas quelques jours de balayeuse électoraliste, qui rendront à notre commune un aspect pimpant.

Comment peut-on prétendre présenter un « projet d’avenir » quand on laisse un bilan aussi éloquent ? Vous prétendez aller de l’avant en marchant sur les ruines du précédent projet d’avenir ? Quelle abnégation ! Décidément, les « professionnels » de la politique n’ont aucun amour propre et nous sommes fiers d’évoluer loin de ce monde là.

Nous ne nous abaisserons pas à donner un avis sur votre projet, vu le résultat des précédents.

La tâche sera difficile, et longue, qui consistera à panser les plaies de notre commune.

La différence entre nous, c’est que pour lancer des projets mettant à contribution le Département, nous pouvons compter sur l’appui de ce dernier, et nous l’avons montré. Quant aux relations avec la COBAN, il faut espérer qu’elles seront meilleures dans le futur, avec une Annie Cazaux, vice-présidente forte, pour défendre nos intérêts, sans compromission vis-à-vis des autres vice-présidents, plutôt qu’un président faible qui a souvent oublié, pendant ces12 ans, l’une des deux casquettes, tantôt l’une, tantôt l’autre.

Enfin, vous évoquez le fait que depuis 2 mandats le candidat sortant n’a eu d’autre ambition que de faire évoluer les dossiers des services rendus aux uns et aux autres : en regardant froidement les subventions annuelles au CCAS, les larmes nous montent aux yeux ; quant à l’aide aux associations, il faudrait expliquer lesquelles, car malheur à celle qui ne sera pas « dans les petits papiers ».

Nous terminerons en disant que pour chercher une solution à ce Président de l’association de danse de tango, qui s’est manifesté lors de votre réunion publique, il ne sera pas nécessaire qu’il adresse une lettre recommandée à Annie Cazaux.