L’arbre qui cache la forêt

Dans la presse locale du lundi 16 décembre on pouvait lire un compte-rendu de la séance du Conseil municipal du mercredi 11.

Ce papier signé de la correspondante locale, laquelle n’assistait d’ailleurs pas à la séance, fait mention d’un projet, concernant la vente d’un « délaissé » de 145 m² qu’un voisin propriétaire propose d’acquérir.

Un débat eut lieu entre la cheffe de file de l’opposition et le Maire autour du prix auquel la commune vendait ce terrain.

Indépendamment de la faiblesse des montants en cause, il s’agit du respect du principe d’intérêt général qui semble avoir échappé à certains. En effet, l’estimation des Domaines autorisait une négociation à +/- 15% pour un prix de 15 €/m2. Faut-il rappeler que cette estimation tient compte de tous les éléments, et en particulier de l’intérêt pour la commune de se débarrasser d’une charge ?

De plus, il est fait mention qu’Annie CAZAUX et son groupe se sont prononcés contre, ce qui n’est pas le cas ! Seul un « Erratum » paru quelques jours plus tard, à la demande du groupe, est venu démentir ce vote.

Il s’agissait là d’un sujet, bien que de bon sens, mineur, au regard de celui qui allait suivre. Mais, aucun commentaire n’est fait, dans cet article, de la délibération qui suivit, et dont on se demande bien pourquoi elle a si adroitement été omise.

Le point suivant présentait donc un projet de Convention entre la commune, la COBAN, et l’Établissement Public Foncier de Nouvelle Aquitaine (EPFNA). Le but de la délibération consistait à valider la mise sous veille foncière d’un périmètre considérable de la commune en vue de préempter le foncier (déjà bâti pour une grande partie). C’est ainsi que l’EPFNA, sous les ordres de la ville, pourra bloquer toute transaction non désirée et accélérer des procédures d’expropriations.

La zone ainsi mise en veille s’étend de la voie ferrée jusqu’à la caserne des pompiers comme vous pouvez le voir ci-dessous.

Aussi, ce projet a-t-il été très âprement contesté par Annie Cazaux car cela revient ainsi à empêcher les Boïens propriétaires, de disposer de leur bien comme ils l’entendent, alors même qu’aucun projet d’intérêt général n’a été présenté.

Pour le public présent lors de cette séance du 11 décembre ou pour les lecteurs de la presse locale hebdomadaire, dans lequel est fait un tout autre compte rendu, l’objectivité des écrits de cette correspondante ne pose-t-elle pas question ?

A moins que naïvement, elle pense qu’en montrant aux Boïens l’arbre, il ne seront pas capables de voir la forêt qu’il cache !

Un avis sur “L’arbre qui cache la forêt

  1. d’après ce que je comprends, dans ce périmètre rouge, les propriétaires ne pourront plus vendre leurs biens. Ce EPFNA aura la main mise et ils ne pourront rien contester. Merci Monsieur Bruno LAFON pour cet immense cadeau fait aux Boïens.

Répondre à Marcel Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s