L’avenir annoncé

« C’est en modifiant les habitudes que nous préparons l’avenir ».

Une telle annonce, à l’été 2015, ne pouvait que nous faire espérer un avenir florissant pour Biganos. L’optimisme alors était de rigueur :

« La ZAC du Centre-ville de Facture entre dans sa phase opérationnelle ».

Entrer dans la phase opérationnelle, cela veut dire, habituellement, que les clauses de la concession sont respectées et que la première étape des constructions devrait voir le jour.

Nous sommes en 2020, et 5 années plus tard, les terrains restent au stade de friches, hormis l’enfouissement de réseaux, mais des tranchées à ciel ouvert évoquent un chantier en déshérence et un abandon total des terrains, que des panneaux accrocheurs surdimensionnés ne suffisent pas à masquer.

On nous avait même annoncé, en ce début d’été 2015, que les terrains portés par la SAFER (acheteur de terrains privés pour le compte de la commune) avaient été rétrocédés à l’aménageur sans apport financier de la commune, ni emprunt.

En 2020, qu’en est-il de ces annonces ?

Nous avons été délestés, au profit de l’aménageur Aquitanis, de 50 000 m2 de terrains dont certains acquis en son temps dans la perspective d’y loger un lycée, et même d’y implanter une piscine intercommunale ; le tout acté pour la somme de 983 000 €.

Une participation financière annuelle de 212 000 € durant 10 ans, versée ponctuellement en 2015, 2016, 2017 et 2018, afin de répondre à l’équilibre du plan de financement prévisionnel bâti dès 2013, démontrant ainsi que tout allait « comme sur des roulettes ».

Or, de ces terrains évalués et actés pour 983 000 € en 2013 (soit 19,70 € / m² ), quelle en serait la valeur aujourd’hui au prix du m² constructible ? Combien avons-nous perdu dans cette belle opération ? S’agit-il là de prospectives de qualité de la part de nos élus ?

Non pas. D’autant que malgré les réunions et les shows en tout genre, l’opération semble enlisée … les promoteurs réticents, car bons calculateurs, ont même obligé l’aménageur à un emprunt de 11 millions d’euros pour maintenir l’équilibre, emprunt aujourd’hui consommé en totalité.

Quant à l’hôtel de 70 chambres, qui devait participer à « l’attrait de notre ville », le cinéma multiplex… où en est-on de la pose de la première pierre, 5 ans plus tard ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s