Mars 2014

Voilà bientôt 6 ans, le plan annoncé de la mandature se résumait ainsi :

  • choix de la prudence, en raison de la baisse prévisible des dotations de l’État ;
  • pas d’investissements lourds, ce serait irresponsable. Priorité seulement à l’entretien des équipements existants, programmation des travaux urgents, réfection des voiries, réseau des eaux pluviales et isolation de la salle des fêtes, s’ajoutant à la construction du Centre technique lancée lors du précédent mandat.

Sagesse toute relative dans la mesure où, à ces engagements raisonnables, se sont ajoutées :

  • une réfection totale de la salle des fêtes, loin de la simple isolation prévue ;
  • l’extension d’une salle des sports ;
  • la construction d’une nouvelle salle des sports et d’un mur à gauche;
  • une convention d’aménagement de bourg (CAB) ;

sans oublier :

  • la participation au Pôle multimodal de la gare,
  • et l’entrée dans la concession partenariale avec un aménageur pour la ZAC de centre-ville, se traduisant par le délestage de 50 000 m2 du patrimoine foncier de la commune ainsi qu’une participation financière annuelle de 211 827 Euros à verser durant 10 ans.

Au total, la bagatelle de 20 millions d’euros d’engagements financiers, portés par autofinancement, c’est à dire, sans recours à des financements appropriés pour des investissements lourds. Et pourtant, l’offre de taux bas le permettait … mais il aurait fallu avoir recours à des analystes financiers aptes à construire des plans appropriés à de tels engagements, en renégociant notre dette comme l’ont fait de nombreuses communes, et non pas faire en sorte de dégager un important excédent annuel, au détriment du fonctionnement courant des services publics, nécessaires à une ville de 10 000 habitants ou de prendre à la hâte un emprunt de 1,5 million d’Euros pour payer des engagements financièrement non ou mal planifiés.

Durant cette mandature, Annie Cazaux a, chaque fois que nécessaire, lors des commissions et conseils municipaux, pointé du doigt ce mode de gestion, alerté sur ses risques, proposé des alternatives.

Quel « bon père de famille » ferait le choix de ne pas assurer les besoins élémentaires de son foyer, mais de payer rubis sur l’ongle des investissements qui lui permettent de briller en société ?

Un avis sur “Mars 2014

  1. Bonjour
    Reflet d un manque d analyse déjà constaté et gestion à court terme.
    Gouverner c est prévoir.
    Ce manque d anticipation se ressent dans d autres domaines,plus particulierement:
    Un développement exacerbé et loin d etre harmonieux
    Des stationnements à l emporte-pièce car un pôle multimodale saturé des son ouverture ….une zone à proximité (scierie lafon) destinée à recevoir un hôtel,inopportun! Accompagner la transformation et anticiper les aménagements ne semblent pas être la préoccupation de notre municipale. Et bien d autres sujets …..

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s